28 février 2012 : Usine de compostage des algues vertes

Voir l'article précédent

 

Projet d’usine de compostage des algues vertes.

Réunion publique, ce mardi 28 février, à 20 h 30, l’Archipel, à Fouesnant.

 

La suite, en cliquant sur : gouesnach-village.eklablog.fr

Le dossier associe le transfert des déchets ménagers, la déchetterie, la plateforme des déchets verts, l’unité de traitement des boues de station ainsi que le projet d’unité de compostage des algues vertes.

 

Réalisé en interne par les techniciens de la collectivité avec le soutien d’un bureau d’étude, le dossier vise à demander l’autorisation d’exploiter le site de gestion des déchets, au titre des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE).


L’instruction du dossier suit son cours dans les services de la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL). En parallèle, une réunion publique réunira ce mardi à l’Archipel, élus, techniciens communautaires et maître d’œuvre. Ils vont expliquer au public le projet et répondre aux questions.

Sur le site classé de Kerambris (ICPE) qui représente une superficie de près de 17 hectares, le projet d’usine de compostage d’algues vertes est un investissement évalué à 3,5 millions d’euros (HT) subventionné à hauteur de 80 % par l’ADEME.

Soit, 700 000 € (HT) à la charge de la CCPF.

Touché comme d’autre, par la prolifération des algues vertes sur ses plages, le Pays fouesnantais a souhaité répondre à cette problématique tout en suivant les préconisations du plan National. « Sur les aspects curatifs, la CCPF est moteur à travers ce projet dans l’amélioration des traitements pour la valorisation des algues vertes. Le projet consiste à rentrer des déchets que l’on transforme en compost pour les agriculteurs. Le bilan carbone est positif, » explique Roger Le Goff (CCPF). 

 

 

 

 

Le projet d’usine de compostage va permettre de faire face aux échouages des algues vertes sur les plages entre l’Odet et l’Aven. Jusqu’à présent, le traitement des algues se faisait en plein air. L’objectif est aussi d’offrir au voisinage du site de Kerambris un environnement où, grâce au confinement les odeurs de fermentation seront diminuées. La possibilité de traitement à l’horizon 2013 est de 20 000 tonnes annuellement.

 

Mardi 28 février 2012 : ensoleillé à Gouesnac'h.

François Cosquéric Correspondant Ouest-france



27/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres