2 avril 2012 : Station d'épuration en projet à Moulin-du-Pont

Voir l'article précédent

 

André Guillou (à droite) président du syndicat des eaux, Christian Rivière (debout) vice-président et Arnaud Roger (à gauche) de la CCPF.

 

 

Pourquoi une nouvelle station ? En 2008, la communauté de communes du Pays fouesnantais a réalisé un schéma directeur d’assainissement, pour répondre à la saturation des lagunes existantes qui subissent le développement en urbanisme. Le but ? Le 30 mars 2009, le syndicat des eaux a décidé de créer une station d’épuration sur le site de Moulin-du-Pont, à Pleuven.

 Objectifs ? Assurer la protection de l’environnement au regard de la réglementation et des usages de l’eau. Limiter les nuisances pour le voisinage.

Implantation ? Le site de Moulin-du-pont est la convergence des réseaux, du fait de l’implantation d’une lagune. Ce site permet le rejet dans l’Odet (anse de Saint-Cadou), un milieu récepteur pouvant recevoir les eaux traitées. Et puis, les habitations existantes ss situent à plus de 200 mètres.

 Vue du dessus du projet de station et des aménagements paysagers à l'Est de la route départementale Fouesnant-Quimper.

 

Quel type de station ? Par traitement des boues activées, car elle répond aux encaissements des accours de débits. Le comité syndical a porté son effort (financier, car non subventionné) sur le traitement particulier de la pollution bactérienne en dotant le nouvel équipement d’une filtration mécanique et la désinfection aux UV. D’où, l’excellence de la qualité des eaux vis-à-vis des réglementations des eaux de baignade dans l’anse de Saint-Cadou. De plus, le rejet n’aura aucun impact, voire un impact positif sur la qualité des coquillages en aval du rejet, et en amont de la confluence avec l’anse de Toulven.

 Quelle capacité ? Estimés à 8 000 équivalents habitants (aujourd’hui), à l’horizon des 20 ans les charges globales devraient atteindre 15 000 équivalents habitants.

L'impact visuel ? Le choix des couleurs, l’utilisation d’une toiture végétalisée et du bardage en bois, permettront de limiter l’impact visuel depuis la route départementale Fouesnant-Quimper.

Olfactif ? Les principales sources d’odeurs seront couvertes. L’air sera traité avant d’être libéré dans l’atmosphère.

Sonores ? La limite de bruit admissible – 5 décibels – ne sera pas dépassée.

Le coût de la station d’épuration ? Etudes et travaux sont estimés à 8 825 460 €, et subventionnés à hauteur de 46 % par le conseil Général du Finistère, l’agence de l’eau Loire-Bretagne, le conseil Régional de Bretagne et l’état (DGE).

 

Lundi 2 avril 2012 : ensoleillé à Gouesnac'h.

François Cosquéric



01/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres